Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 novembre 2010 4 11 /11 /novembre /2010 09:41

 

                   Lors d’une toute récente prospection, en mars 2009, nous avons eu le plaisir de trouver un nouveau monolithe  que sa  situation  rends particulièrement intéressant.


Situation.

Commune de Sare.

Coordonnées :  N = 43,2913° ; W = 01,6216° en degrés décimaux. Altitude : 270 m.

Il est situé en bordure d’une vieille  piste pastorale qui  rejoint à 600 mètres  plus à l’ouest  le col où  est érigée la borne frontière 32. Arrivée à l’aplomb des rochers de Faague, mais très en dessous,  (à 270 m d’altitude), cette piste longe sur une centaine de mètres la lisière sud  d’une vaste fougeraie dénuée d’arbres délimitée à l’est et à l’ouest par deux  ravins parcourus chacun par un ruisseau.

Le monolithe se trouve à l’extrémité ouest de la fougeraie, à une trentaine de mètres après que le  terrain ait amorcé  une légère déclivité vers l’ouest.

  

Description :

Ce monolithe affecte la forme, classique en Pays basque, d’un pain de sucre, couché sur le sol et orienté nord sud, à base nord. Ce bloc de grés mesure 2,90 m de long, 1,70 m dans sa partie moyenne, la plus large .Son épaisseur varie de  0,50 m à sa base à 0,37 m  au sommet.

Il semble bien qu’il y ait des traces d’épannelage à sa base, et tout le long du côté ouest  jusqu’à la pointe, ceci ayant eu pour effet de donner une certaine symétrie avec le côté opposé, dont la forme est naturelle.

 2009 0327Monolithe vue ouest

 Monolithe de Faague, vu de l’ouest  

2009 0327Monolithe vue sud

                          vu du sud       

2009 0327Table de Lizuniaga

                          La table de Lizuniaga.  

 

 Environnement archéologique. 

 Nous avons parcouru cette  piste pastorale  de bout en bout, c’est à dire depuis la Maison Haroztegikoborda, à 100m d’altitude,  jusqu’au col précité. Elle longe le flanc sud de la Rhune, selon un trajet  pratiquement horizontal. en  suivant un parcours  très  aisément praticable. A l’évidence on se trouve sur un très ancien cheminement. On notera que l’accès à la maison Harotztegikoborda se fait par une voie en pente douce, qui, partie du vieux quartier de Lehenbizkai de Sare, reprend là encore un ancien tracé.

Nous n’avons donc  pas été étonné  de trouver le long de cette piste, sur un léger  replat à  droite de celle-ci, un petit cromlech, 50m avant le franchissement d’un riu qui descend des crêtes de Faague ( ou plus exactement de la colline où se trouvent les deux dolmens d’Ametzia ) ; on trouve aussi, très proche de ce monolithe, les deux cromlechs de Faagekoerreka, situés au sud et au nord de la piste antique, ainsi que le dolmen de Faague, situé à 300m à l’est.  Nous n’avons pas été surpris non plus de découvrir, à l’arrivée de cette  piste à Kondendiagako lepoa -  le col où se trouve la borne frontière 32 -  un ensemble  de 3 cromlechs et un tumulus, situés  en son  milieu,  à une trentaine de mètres au sud sud-est de la borne ( altitude 316m) ; deux cromlechs se trouvent plus bas, à peu de distance de la BF. 35. Rappelons enfin la présence du dolmen d’ Arrixabale au stout début de la piste, côté Sare.

On trouvera la description de tous les monuments  inédits dans notre Inventaire des Monuments Protohistoriques en Pays Basque de France, (  que l’on peut consulter à la Bibliothèque du Musée Basque et sur internet).)

 

Interprétation possible.

Il est  particulièrement curieux de noter que ce monolithe se trouve  exactement  à 100 mètres à l’aplomb de la borne 36, et donc  de la Table de Lizuniaga, elles même consacrée  aux accords pastoraux – ou Façeries - entre Sare et Vera.

Sur ce thème, on lira avec beaucoup d’intérêt l’article de M. Duvert (1) consacré à Mahainharria, la Table de pierre, à son rôle actuel et dans le passé.

Comme le faisait remarquer J.M. de Barandiaran, (2) ces accords, compte tenu de la  richesse de l’environnement en monuments protohistoriques -  liée à la très ancienne fréquentation de ces  pâturages - peuvent fort bien remonter à ces lointaines époques : nos Façeries actuelles ne seraient, dés lors, que  le renouvellement  d’accords dont l’origine « se perd dans la nuit des temps ».

Cette richesse en monuments protohistoriques -  non seulement comme nous venons de le voir, le long de l’antique piste -  mais d’une façon plus globale en ce qui concerne  la Rhune et l’Ibantelli qui lui fait face, est illustrée par les chiffres suivants : 76 dolmens, 36 cromlechs, 18 tumulus et 4 monolithes.

Nous avions déjà émis l’hypothèse (3) que les monolithes (ou Muga, en basque = borne)- à quelques très rares exceptions prés, tel le monolithe de Soalar (Baztan) -  pourraient être considérés comme des bornes de délimitation de pâturages, servant aussi de  points de ralliement aux pasteurs pour régler leurs  querelles quant à l’exploitation des herbages  et des points d’eaux, et ce dés les temps protohistoriques. Rappelons qu’il n’y avait, à ce jour, que 2 monolithes connus dans la Rhune, que nous avons déjà publiés : Gastenbakarre et Athekaleun (4) qui  se trouvent eux aussi dans un riche environnement   protohistorique.

 

Par ailleurs, il n’est pas  certain que ce fond de vallon, coincé entre Rhune et Ibantelli  - où passe l’actuelle D.506 - mais où coule Lizuniagako erreka,  et qui devait être étroit, boisé,  humide, boueux, et sans doute difficilement praticable  dans un passé lointain, ait  été très favorables dans la protohistoire, aux déplacements des troupeaux ( ceux-ci  préfèrent les pistes en hauteur ), ou aux réunions de pasteurs.  Il n’est pas certain non plus, de ce fait,  que le monolithe originel ait été à l’ emplacement  qu’occupe actuellement la Table de Lizuniaga. 

  C’est pourquoi ce monolithe de Faague, placé  au milieu de pâturages dégagées, au bord d’une très ancienne  piste pastorale - reliant elle aussi Sare à Vera, depuis, semble- t-il, la plus haute antiquité -   pourrait être, avec quelques probabilités, considéré comme le véritable ancêtre de la Table de Lizuniaga, le renouvellement des accords pastoraux  s’étant déplacé, avec la  création d’une nouvelle voie de passage…du monolithe à la Table.

 

Bibliographie.

(1) – Duvert Michel - 2006 – Mahainharria, la Table de pierre, Bulletin du Musée Basque Hors série. Année 2006, p. 247-248.

(2)- Barandiaran J.M. de - 1951 -:En el Pirineo vasco. Cronica de Prehistoria. Eusko-Jakintza – 1951- Vol V n° 3-6. p 255.

(3) - Blot  Jacques – 1983 – Les monolithes en Pays Basque de France. Bulletin du Musée Basque n° 99 – 1er trimestre 1983. p.33.

(4) – Blot Jacques  -ibid. p.1 et 2.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Dr Jacques Blot - dans Article Doc Publication
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Dr Jacques Blot
  • Le blog de Dr Jacques Blot
  • : Archéologie et montagne basque. Préhistoire et protohistoire au Pays Basque. Fouilles archéologiques. Dolmens, menhirs, tumulus et de cromlechs. Inventaire du Pays Basque
  • Contact