Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 juin 2013 6 29 /06 /juin /2013 12:28

Nous publions ici les caractéristiques de trois haches en pierre polie.Ces descriptions n’ont d’autre but que d’apporter une modeste contribution à la connaissance de ce type d’outil dans notre région.

 

La hache en pierre polie est l’objet le plus caractéristique du Néolithique,

( ici, aux environs de 3000 ans avant J.C.), période charnière de l’histoire humaine qui voit le chasseur cueilleur nomade de la préhistoire se transformer - sous l’influence des changements climatiques - en éleveur agriculteur. La hache polie va aider l’homme, devenu sédentaire, dans son activité de défrichement agropastorale, ou même pour la construction de nouvelles demeures. Des publications ont déjà été faites sur ce thème des haches polies dans notre région ( Marticorena P. 2008 ), et un travail universitaire est en cours par ce même auteur.

On trouvera ici la description de trois haches polies trouvées dans le Labourd.

 

Hache polie de Saint Pée sur Nivelle (Zirikolatz)

 

Cette hache nous a été confiée en avril 2009 par son inventeur, Mr. Desmartis Matthieu, d’Itxassou, à l’initiative de notre ami Jacques Cazaubon.

Elle a été trouvée lors de travaux d’aménagements forestiers en 2009.qui avaient lieu au nord de Saint-Pée-sur-Nivelle,( 64 310 ), dans une lande, au lieu dit Zirikolatz. D’après l’inventeur, les coordonnées seraient les suivantes,

N= 43°39’13’’ O= 01°55’73’’ - altitude :70m.

Des excavations d’une quarantaine de centimètres de profondeur avaient été creusées pour la plantations de jeunes arbres, et c’est en surface, dans la terre argilo-limoneuse remuée par ce travail que la hache a été repérée. Dans les environs immédiats, c’est à dire dans un rayon de 15 à 20 mètres ont été trouvés quelques simples éclats de silex - sans traces d’utilisation - pouvant évoquer une industrie du type paléolithique supérieur, et donc sans rapports évidents avec la hache elle-même.

Cette hache pourrait être en picrite, une roche magmatique, d’origine régionale. Son intégrité est respectée : elle est entière, ne présentant qu’une petite ébréchure sur le tranchant ; sa surface n’est pas altérée...Il s’agit d’un objet fini, dont la partie distale présente un double biseau symétrique ; sa fonction semble bien être celle d’une hache, quoique d’un volume modeste, plutôt une « hachette ». Son poids est de 285 grammes.

Cette hache affecte une forme trapézoïdale, de section ovale à faces symétriques légèrement aplaties ( photo 1). Elle mesure 116 millimètres dans son grand axe, 43 mm dans sa plus grande largeur et 18 mm d’épaisseur. Les côtés en sont sensiblement rectilignes et symétriques. L’extrémité distale ( ou tranchant) présente une convexité faible symétrique : la corde de l’arc mesure 41mmm. Le fil en serait rectiligne si il n’était quelque peu ébréché (photo 1).

L’extrémité proximale ( ou talon), est difficile à décrire : biseau double symétrique très émoussé, «  bouchardée », sans enlèvements ; la corde mesure 20 mm.

La technique de fabrication est indéterminable : débitage par sciage ? par taille ? Trois stries horizontales, bien visibles, parallèles au fil et dans l’angle de jonction du fil et du côté proche des traces d’enlèvement, évoquent fortement des traces de sciage. La finition, qui est bonne, a été obtenue par bouchardage, que l’on peut encore observer dans les zones qui n’ont pas été reprises par la dernière étape de la finition : le polissage ( photos 1 et 2 ). Ces zones respectées de bouchardage, peuvent traduire, de la part de l’artisan qui a fabriqué la pièce, soit une volonté de gagner du temps, soit une volonté de rendre plus efficace un emmanchement éventuel de l’outil. On constate sur la présente pièce que le polissage n’affecte qu’une petit moitié antérieure de l’outil et non les côtés, ce qui ferait pencher pour la deuxième hypothèse. Rappelons que le polissage d’une hache avait beaucoup plus une visée fonctionnelle - en vue d’un meilleur rendement à la coupe - qu’esthétique, même si ce point de vue n’est pas à négliger.

Quant à son utilisation, on ne note pas de traces évidentes d’emmanchement, ce qui n’exclut pas ce dernier, compte tenu de la persistance du bouchardage déjà signalée.

Les traces d’usure se résument à un fil proximal ébréché et a un petit éclat enlevé sur ce même fil. Il n’y a pas de stries sur les faces.

 

Photo 1

St Pée sur Nivelle ( Zirikolatz ).

 

Photo 2

St Pée sur Nivelle ( Zirikolatz ).

 

 

Hache polie de Saint-Jean-de-Luz (n° 1) (Maiuntenborda).

 

Cette hache a été trouvée par mon père, le Dr. Pierre Blot, ( 1900-1986)  au cours des années 1980 . Ce n’est que bien après son décès que j’ai retrouvé cette hache, avec un brève mention de sa localisation. J’avais toujours eu l’intention de la publier ; l’occasion m’en est donnée ici. Il s’agit d’une récolte de surface, très probablement après labours, dans un champ situé au lieu dit Maiuntenborda, situé en bordure et au sud de la D 855, a sa jonction avec une petite route venant de la D 307.Coordonnées : N= 43°40’67’’ O= 01°60’88’’.à 70m d’altitude.

Il semble bien qu’il s’agisse d’une roche magmatique, probablement de la picrite, d’origine vraisemblablement régionale.

Il s’agit d’un objet entier, dont l’intégrité est respectée ( photo 3), excepté un éclat enlevé à la partie distale d’une des faces, sans affecter sa forme extérieure. (Photo.4).

Cette hache est un objet fini, dont la partie distale présente un double biseau symétrique  ; sa fonction semble bien être celle d’une hache, d’autant que son poids atteint 970 grammes.

Elle présente une forme presque triangulaire, de section ovale, à faces symétriques légèrement aplaties. (Photos.3 et 4 ). Elle mesure 205mm dans son plus grand axe, 70mm dans sa plus grande largeur et 34mm d’épaisseur. Les côtés sont sensiblement rectilignes et symétriques. L’extrémité distale ( ou tranchant), présente une convexité faible, ainsi qu’une faible dissymétrie ; la corde de l’arc mesure 54 mm. Le fil en est parfaitement rectiligne ; seuls manquent 3 minuscules éclats. L’extrémité proximale présente un biseau double, très émoussé. L’enlèvement déjà signalé rend dissymétrique ce biseau qui ne l’était pas à l’origine. La corde de l’arc mesure 17 mm.

. Il n’est pas possible de préciser si l’objet a été obtenu par sciage ou débitage.

La finition, excellente, a commencé tout d’abord par bouchardage, que l’on peut encore observer dans les quelques zones où n’a pas été effectuée la dernière étape de la finition : le polissage. Ce dernier a été pratiqué su la plus grande partie de l’outil, y compris sur les côtés et une partie de l’extrémité proximale. Les quelques traces de bouchardage encore visibles sur l’extrémité proximale, et qui s’étendent un peu sur les côtés, ont été en parties atténuées par un polissage discret. Mais il est possible qu’on ait voulu, là encore, utiliser les aspérités de ce bouchardage dans un but d’emmanchement, probablement direct.

On note sur la face qui n’a pas l’enlèvement proximal, ( photo.3 ) trois fines et longues stries longitudinales, qui semblent être dues au passage d’engins agricoles. Il n’y a, par ailleurs, aucune trace d’usure ni de zone déprimée. Il est surtout remarquable que le fil actuel de l’extrémité distale, très net, soit le résultat d’un raffûtage dont les traces sont bien visibles ; les trois micro-éclats visibles sur ce fil, paraissent plus dus aux aléas des siècles qu’à un usage de coupe. L’enlèvement important noté sur une des faces de l’extrémité proximale ( photo.4), pourrait relever d’un choc accidentel perpendiculaire à cette même extrémité.

 

 

Photo 3

St Jean de Luz ( Maiutenborda).

 

Photo 4

St Jean de luz (Maiutenborda)

 

Cette hache pourrait-elle, après utilisation et raffûtage, avoir été ensuite volontairement conservée telle-que, occupant une place particulière en devenant un « objet-signe » survalorisé ? (Pétrequin, Jeunesse, 1995).

 

Hache polie de Saint-Jean-de-Luz (n°2) ( Duconténia).

 

: Elle a été trouvée lors des travaux d’aménagement de la fontaine dans le parc Duconténia ; nous n’avons pas d’autres précisions sur ses circonstances de découverte.

Cette hache en grés gris-beige, matériau fragile, a subi quelques dommages : le tranchant, très émoussé, présente de nombreuses traces d’enlèvements dus à l’usage ( photo 5), dont un particulièrement important ( 60 mm de long ). Ses deux faces et ses flancs portent de nombreuses rainures, plus ou moins profondes, probablement postérieures à son abandon.

Elle affecte une forme trapézoïdale, de section ovale, à faces symétriques légèrement aplaties et mesure 115 mm dans son grand axe, 47 mm dans sa partie moyenne, et 33 mm d’épaisseur. Les côtés sont sensiblement rectilignes et symétriques. L’extrémité distale devait présenter une faible convexité, difficile à apprécier actuellement étant donné qu’elle est très ébréchée. Il en est de même pour l’extrémité proximale ( photo 6), elle aussi fortement dégradée. Son faible poids ( 340 grammes) en fait plutôt une « hachette ».

Aucune trace ne permet de préciser la technique de fabrication (sciage ou débitage). La finition par polissage est totale, ce qui est aisé sur une roche aussi tendre ; aucune trace de bouchardage n’est visible.

Il n’existe pas de traces d’emmanchement de cet outil, ce qui n’exclut pas qu’il l’ait été. On peut cependant supposer que son utilisation a été intense à défaut d’être prolongée ( matériau fragile)…En effet son état de dégradation important suggère un abandon rapide, peut-être du fait de la difficulté de lui redonner un bon état fonctionnel.

 

 

Photo 5

St Jean de Luz (Duconténia).

 

Photo 6

St Jean de Luz (Ducontenia).

 

CONCLUSION.

Ces trois haches polies, ajoutées aux études en cours par ailleurs, (Marticorena P.) pourront ainsi, nous le souhaitons, même modestement, contribuer à une meilleure connaissance de ces objets en Pays basque.

 

BIBLIOGRAPHIE.

 

Marticorena P. (2008) – Haches polies et sociétés néolithiques en Pyrénées Atlantiques. Pré-Actes des 8° Rencontre Méridionale de Préhistoire Récente, Marseille, 7-9 novembre 2008, Marges, Frontières et transgressions, p.61.

Pétrequin P., Jeunesse C. (1995). - La hache de pierre. Carrières vosgiennes et échanges de lames polies pendant le Néolithique.( 5400-2100 av. J-C). Errance, Paris.

Repost 0
Published by Dr Jacques Blot - dans Haches en pierre polie
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Dr Jacques Blot
  • Le blog de Dr Jacques Blot
  • : Archéologie et montagne basque. Préhistoire et protohistoire au Pays Basque. Fouilles archéologiques. Dolmens, menhirs, tumulus et de cromlechs. Inventaire du Pays Basque
  • Contact